L’oppidum de Montmerlhe

L’oppidum de Montmerlhe

Là-haut sur une colline qui domine en Aveyron
Un temps fort de la sortie

Samedi 19 août 2017

Secteur Aveyron


Commune : Montrozier, Laissac

Météo : beau temps estival


Participants : Dominique, Christophe, Louis, Yann, Yvonne, Franck, Marcelle et Claudine

Site visité : musée de Montrozier, abri de “Roquemissou”, oppidum de « Montmerlhe »

Voiture : Christophe, Louis

La visite du musée de Montrozier dans l’Aveyron était prévue de longue date. Deux grands thèmes d’exposition au programme. Les découvertes faites sur le site des “Touriès” aux environs de Saint-Affrique et celles de « Roquemissou” à côté du village de Montrozier où nous avons déjeuné.

S’agissant des “Touriès”, une série de stèles en grès du début de l’Âge du Fer (VIIIᵉ et VIᵉ siècles) était mise à l’honneur.

Le site en cours de fouilles depuis presque dix ans maintenant, sera l’objet d’une visite  lors de l’été prochain. Aussi nous ne nous attarderons pas sur la description du matériel exposé. C’est partie remise. Quittons le musée.


Les premiers paysans de l’Aveyron

À proximité d’un moulin, le site de “Roquemissou” est au bord d’une ligne de falaise qui lèche l’Aveyron. Nous nous y rendons en ce début d’après midi.

En 1978, un automobiliste curieux et bien avisé repère le site au hasard d’une balade. L’alerte est donnée. Depuis 1980, des fouilles se succèdent de façon presque régulière. À été mis au jour surtout du mobilier du Mésolithique et du Néolithique, les tous premiers temps de l’agriculture dans le Sud de la France.

L’ossuaire du haut

Sur le haut de la falaise a été fouillée une grotte sépulcrale en balcon. L’emplacement est original mais pas inédit. Sépulture collective durant des siècle, nature du mobilier, on ne peut pas ne pas penser à une forme de dolmen.
Du matériel de parure a été découvert. Entre autres, une belle série de coquillages marins percés rappelle les liens tissés déjà avec la Méditerranée pas si proche pourtant. Les plus belles pièces sont dans le musée, notamment un crâne.



L’homme de « Roquemissou ». Un crâne remontant à la fin du Néolithique. Remarquable: un possible impact sur le front à droite.



 Un «village» néolithique en bas

En bas, au pied de l’abrupt rocheux, des séquences chronologiques s’étalent grossièrement tous les 3 000 ans, de la fin du Paléolithique au Néolithique final autour de 2 500 avant notre ère.

L’une des découvertes les plus impressionnante est celle des restes d’un bâtiment remontant au Néolithique final, et ce, précisément sous l’abri.

L’abondance du charbon de bois et la bonne conservation des couches devraient permettre des avancées remarquables dans la connaissance de plusieurs périodes. Notamment le Néolithique. Le passage au crible des sédiments est riche de promesse. Quittons Montrozier.



C’est le plan de l’oppidum de « Montmerlhe » relevé en 1858. Seule l’enceinte supérieure était alors connue. La seconde enceinte se trouve entre les deux avancées à l’ouest.
La deuxième partie de notre visite, nous mena à l’oppidum de « Montmerlhe » sur la commune de Laissac. Là, un plateau à plus de 900 mètres d’altitude, porte les traces de l’enceinte d’une fortification. Un petit hameau s’est installé au sud. C’est « Montmerlhe ». Le site est révélé au milieu du XIXe siècle. Pour la petite histoire, il fut assimilé d’abord à «un camps romain de 45 hectares qui aurait contenu 45 000 soldats (sic)». Rien est plus évident à l’époque : voilà le lieu où les Xᵉ et XIIᵉ légions de Caninius Rebilius passérent l’hiver de 52 avant J.C.


Le temps passant, les études aidant les choses ont changé. Tout est devenu moins clair.

Un impressionnant dispositif

Depuis 1985, les recherches ont montré que l’oppidum fait presque le triple de la taille observée au départ. À savoir près de130 hectares de surface enclose avec, au sud et au nord, des système de fortification à trois niveaux (levées et fossés). Fait assez exceptionnel à l’Âge du Fer, pas moins de cinq portes donnaient accès à l’oppidum.
Le mobilier (céramique communes, amphore italiques Dressel A et 1C en grand nombre, monnaie gauloise à croix) fait remonter le site au milieu du Iᵉʳ siècle. 
L’ensemble du plateau ne semble pas avoir été occupé. Des zones préférentielles ont été choisies. La relative faiblesse du mobilier découvert serait due à une occupation à durée réduite.

Ces oppida aveyronnais (j’ajoute celui de « Miramont ») posent des questions auxquelles il est parfois difficile de répondre.



L’oppidum s’étire sur plus d’un kilomètre de long pour 200 mètres de large. Il en impose.


Les levées protohistoriques ont subit de sévères dégradations depuis un siècle. Nous voilà sur un parapet. La dense végétation ne facilite pas l’observation.

 L’oppidumdes Celtes ⁽¹⁾(*)


Sous la plume de César apparaît au détour de La Guerre des Gaules ⁽²⁾, le mot oppidum, difficilement traduisible jusqu’à aujourd’hui. Il appartient semble-t-il, à la forêt des mots délectables dont on s’honore à distinguer toujours plus finement le sens précis mais dont justement le flou constitue le charme, si ce n’est le mystère. Le mot jouit d’un débat sans cesse renouvelé car s’il y a bien un terme qui interpèle à la lecture de César, c’est celui-là.


C’est lorsque le proconsul s’enfonce en Gaule étrangère, dite «chevelue», qu’il éprouve le besoin de qualifier un art de regrouper l’habitat à nul autre pareil : oppidum. Qu’entend-t-il par là au juste ? Ce n’est ni l’urbs (la cité, la ville), ni le castellum (le fort militaire), ni même le vicus (village) mais l’oppidum. Il y a des trois à la fois dans cette réalité singulière.


Le label ne présage en rien l’importance spatiale ou stratégique du lieu qu’il définit. «Oppidum» pour ce grand site fortifié de BIBRACTE, oppidum pour le petit port des Allobroges à GENEVA, oppidum encore pour maints simples villages au regard des sondages archéologiques.


Vaille que vaille, il faut bien se lancer à donner une définition. Si on élimine les exceptions, que reste-t-il dès lors ? Quelle silhouette pour quelle fonction cet oppidum ?


Au tournant du IXᵉ siècle: premiers oppida de l’âge du Bronze


Il y a d’abord les témoignages archéologiques nombreux d’une façon typique de s’installer en groupe sur les hauteurs particulièrement sur les pourtours du bassin méditerranéen. Dans le Midi de la Gaule, un inventaire est presque dressé, de sites remarquables. Le Tarn n’est pas épargné à l’exemple de « La pointe » à Saint-Sulpice, de « Barthetelière » à Monestiès, de « Cordouls », de « Berniquaut » à Sorèze, du « Camp de la Tour » à Couffouleux.

Cependant, pour plus d’un spécialiste, ils ne correspondent pas exactement aux caractères celtiques désignés par César. Ils paraissent souvent bien antérieurs à la présence celtique (Âge du Bronze). Ils sont de proportion réduite (autour de 5 ha). Pour autant, ils n’en prennent pas moins le nom d’oppida.


Le générique est plus approprié sans doute pour qualifier la forme urbaine de l’habitat de la civilisation celtique qui fait contagion à la toute fin de l’Âge du Fer, puisqu’il il faut lui donner à tout prix un cadre chronologique ⁽³⁾Ces oppida sont discernables par centaines sur une vaste portion d’Europe, des côtes sud de la Grande-Bretagne à l’ouest, jusqu’à Budapest à l’est, du nord des Alpes au sud, à la Flandre qui sert de frontière septentrionale (puisqu’il faut leur donner un cadre spatial).

Ce mode d’habitat si particulier, se perche fréquemment sur les hauteurs et s’étale sur de vastes superficies d’un seul tenant entouré d’une puissante enceinte ⁽⁴⁾C’est le cas de « Miramont » et de « Montmerlhe » bien sûr.


La part des Celtes


On se perd en hypothèses quant à donner une origine à l’oppidumceltique. La question peut se résumer ainsi : quand les Celtes ont-ils été en contact avec la ville ? Est-ce une expérience des tribus d’Italie du Nord (Cisalpine) ou plutôt l’influence durable des colonies grecques de Gaule (Marseille) ? Les deux à la fois peut-être. Les mercenaires celtes au service de Rome ont-ils joués un rôle de vecteurs déterminant ? Quel qu’il en soit, figure dans le choix d’une trame urbaine, dans l’option de la pierre rectangulaire pour bâtir les remparts avec des tours carrées, dans le tournant architectural qui consiste à ne plus construire sur des poteaux avec des parois en terre mais à utiliser une maçonnerie plus raffinée (chaux, béton, enduis) une inspiration qui ne trompe personne. Les quelques villes qui fleurissaient sur le pourtour du bassin méditerranéen servent de modèles. Voilà qu’on parle d’acculturation. Jusqu’à quel point les oppida celtiques sont-ils singuliers ? Les Celtes sont-ils seulement une civilisation périphérique ou sont-ils originaux en matière d’urbanisme. Jusqu’à quel point ?


Une prédilection pour les hauteurs


Au cap du premier siècle avant Jésus Christ, un faisceau de circonstances pousse les hommes à ce mode d’installation. Plus qu’une crainte, qu’un réflexe défensif à l’intérieur d’une forteresse, il faut lire en l’oppidum, au contraire, une volonté délibérée de découper un territoire émaillé en tribus autour de capitales reconnaissables, une volonté de rationaliser l’espace. Tous sont en bordure des voies commerciales (légèrement en retrait, il est vrai, comme le conseille Vitruve). Chercher le carrefour ancien, la voie fréquentée et vous trouverez l’oppidum.


Beaucoup sommeillent sous les ronces en des lieux très caractéristiques, pour tout dire remarquables. Ils se signalent par des toponymes évocateurs tels que CASTELET, CHÂTELET, COUR DU CHESTIA, LE CAILLOU QUI BIQUE (à l’approche de l’abrupt rocheux) ou MIRAMONT. Ils jouent admirablement des reliefs et laissent plus d’un randonneur pantois. Celui-là s’étend au bord d’un méandre (VESONTIO ou Besançon) ou sur une île fluviale (LUTECE), celui-ci campe sur un éperon rocheux (la pointe de LOSTMARC’H à Crozon) ou un segment de crête, au bord d’un plateau. Les modèles se déclinent selon la topographie. Le paysage est utilisé à merveille. Ils font corps avec lui si parfaitement qu’il est aujourd’hui fréquemment difficile de les localiser.


Le rempart et les portes, symboles de puissance


Ce qu’on ignore le moins sur la physionomie de l‘oppidum, c’est encore sa ligne défensive qui permet de lui dessiner une silhouette. Ces remparts – soit qu’ils barrent un flanc ouvert de l’oppidumet laissent à la topographie le soin d’achever la tâche (présence d’un abrupt rocheux, d’une rivière) – soit qu’ils entourent complètement l’habitat – n’ont pas cessé d’attirer l’attention. Ils ont fréquemment été l’objet de reconstitution miniature dans les musées et prouvent un art consommé de l’efficacité, allié à une sublime économie de moyen. 

Il y a le célèbre murus gallicus qui associe une levée de terre maintenue par un treillis de poutres liées par des crosses en fer à un parement en pierres. Il répond à des techniques architecturales bimillénaires bien propres aux Celtes. Les murailles de « Montmerlhe » sont originales à ce titre. Elles comportent des plaquettes de micaschiste en leur sommet. Il est difficile de faire la part du bois dans le dispositif.


Ces murailles sont associées parfois à un système de palissades, voire à de larges buissons–barbelés. César note que les Nerviens, en Belgique actuelle, se protégeaient derrière des haies impénétrables d’épineux : « ils écimaient de jeunes arbres et courbaient les branches de telle façon que la ramure se développe en largeur; ils plantaient dans l’intervalle des ronces et des épines »⁽⁵⁾.


C’est sûr, lors des terrassements préalables et des phases d’élévation, les remparts ont mobilisé une main d’œuvre qualifiée considérable, de quoi étonner plus d’un ingénieur en travaux publics. D’ailleurs, l’œuvre est surtout visible du ciel à présent. Les fortifications se marquent par des talus et des fossés aux dimensions impressionnantes. À « Montmerlhe » : 12 mètres de large pour le talus et 3,50 mètres de fruit pour la muraille. Au sol, si on n’y prend garde, on affecte à la nature des incongruités qui ne lui appartiennent pas. Aujourd’hui la végétation habille si bien les pentes qu’on peut se croire au bord d’une ravine ou rêver à une murette de bergerie.


Les portes monumentales en entonnoir (on parle d’un style celtique à leur égard), les tours édifiées par intervalle – autant qu’on sache – sont bien des fois l’occasion de résoudre des problèmes ardus de topographie, de matériaux, de stratégie défensive et, ne l’éludons pas, peut être aussi, d’esthétique (religieuse ou autre). Les prouesses techniques des Celtes déconcertent les spécialistes. César, lui-même, que l’on ne peut pas suspecter d’un excès d’admiration et familier d’une plus noble architecture, avoue que les fortifications ennemies sont agréables à vue d’œil.


Incontestablement, il y a une stature politique, sociale du rempart dont la fonction n’est pas tant de défendre que de symboliser. Il est une preuve matérielle de prestige, un moyen visible d’exposer la puissance. D’ailleurs les nouvelles pistes de réflexion poussent en ce sens en privilégiant le symbole. Le parement de certains remparts montre un grand souci d’élégance et marque durablement l’identité d’un lieu. Le choix d’un site souvent élevé, vierge ou non occupé, n’est pas neutre, bien sûr. Il accrédite l’hypothèse d’un acte réfléchi, délibéré, impossible à accomplir dans un état d’urgence. Ce doit être le cas à « Montmerlhe ».


À l’intérieur des maisons et du vide


Examinons l’aménagement intérieur de l’oppidum à « Montmerlhe » et ailleurs. Première limite, les fouilles sont balbutiantes et délicates; elles concernent toujours un périmètre restreint. Dans ces conditions, il n’est pas commode d’avoir une idée générale de l’organisation, de la répartition spatiale des bâtiments sur une surface de plusieurs dizaines d’hectares. Pour l’heure, une infime partie des oppida est fouillée et beaucoup de questions restent à élucider. Nous ne sommes pas au bout de nos surprises.


Il semble que les sites immenses ne soient occupés que partiellement. Manifestement, la partie centrale concentre le peuplement alors que les parties périphériques, à l’abord des remparts, révèlent un habitat moins dense (voire, tout bonnement, une absence d’habitat). 
À « Montmerlhe », les maisons semblent se concentrer de part et d’autres d’une voie nord/sud au cœur de l’espace.

Le phénomène atteste soit une volonté délibérée d’urbanisme sur le long terme, soit la prévoyance d’un refuge temporaire, le cas échéant, pour la population des campagnes menacée par des razzias. En attendant, peut-être le terrain libre est-il mis en culture. Le débat n’est pas tranché.


La plupart des sites s’élaborent selon des impératifs de relief autour de voies qui relient les portes de l’oppidum et motivent grosso modo l’orientation générale des bâtiments. La circulation s’en trouve grandement facilitée. Aussi, le plan d’urbanisme se maintient tel quel durant plusieurs siècles. La nécropole est sans doute implantée en dehors, à l’approche des portes. 

En la sorte, le Mont Beuvray ne constitue pas une exception. Outre leur géométrie, les voies montrent un caractère particulièrement soigné. Elles résultent de couches de cailloutis soigneusement étalés sur des strates argileuses. La chaussée est entretenue régulièrement. L’existence de quartiers spécialisés (artisanaux, résidentiels, religieux) et même d’un bassin ovaloïde monumental (édifice public?) en granit rose orienté selon des règles astronomiques complexes montrent, si l’en est besoin, que les Celtes entretenaient un souci d’organisation pour le moins poussé.


Reste à savoir dans quelle mesure ce réseau de voies déchiffré par les sondages archéologiques est le signe d’une volonté politique d’urbanisme sur le long terme ou une simple poussée de fièvre due à quelques mécènes dispendieux.


L’économie


C’est manifeste à la lueur des recherches des dix dernières années, les oppida jouaient un rôle économique crucial. Il y a là une révolution à l’horizon de l’ère chrétienne au sein des territoires celtiques. Jusque-là les productions artisanales apparaissaient très éparpillées. Le commerce avait une ampleur locale et le troc structurait les rapports économiques. Il en va tout autrement à La Tène finale. À l’intérieur des enceintes des oppida, on peut pointer ça et là des zones d’artisanat spécialisé. Les archéologues dégagent peu à peu des vestiges d’atelier, des restes de fabrication comme des scories associées à des déchets de coulée, des moules, des objets inachevés, plus rarement des outils comme des limes et des marteaux ⁽⁶⁾. Les couches archéologiques recèlent du bronze (fibules, clous, monnaie), du fer (tôles, tiges, fils, fibules, les célèbres rouelles celtiques), de l’os et même du verre.


Les ateliers accompagnent le tracé de la voie principale, non loin de l’entrée pour bénéficier de la fréquentation. D’autres, jugés dangereux, sont repérables à l’extérieur des remparts afin d’éliminer les risques d’incendie, de pollution ou, plus simplement, d’exercer à proximité de la matière énergétique, le bois.


Il y a fort à parier que ces ateliers aient inscrit leurs activités à une échelle commerciale régionale voire méditerranéenne. Si l’oppidum joue avec certitude le rôle de carrefour pour son arrière-pays, son emprise est encore plus vaste si l’on en croit les monnaies qu’il diffuse. Ses monnaies originales affirment encore l’identité tribale par l’entremise d’images ou de symboles.


Les Celtes, richement dotés en fer, argent, étain, ambre, porc salé, chiens de chasse exportent parfois jusqu’à Rome par l’intermédiaire de marchands dont il est délicat de définir l’origine. César évoque la présence de mercatores romains à Orléans. Ils importent à leur tour du corail rouge (dont l’art gaulois est friand), de la vaisselle en bronze, sous forme de cruches, des louches à tête de chien, poêlons et surtout passoires. 

En outre, le vin est l’objet d’un trafic considérable à en juger par la masse d’amphores (estimables en millions de fragments) exhumée dans les oppida. Du Finistère à la Bohême, elles sont une preuve évidente de l’exportation massive du vin de Campanie et d’Étrurie. Ce qui permet à Diogène de s’étonner de la naïveté des Barbares prêts à troquer un esclave contre une amphore.


Sur l’axe commercial Rhin-Rhône, c’est un va-et-vient incessant. Il a la préférence depuis la Préhistoire avec ses embranchements vers le bassin de la Loire et l’Atlantique, la Seine, la Manche et la Grande-Bretagne, la Moselle. L’axe Doubs-Rhin est aussi privilégié.

Les ressorts politique et religieux


Enfin, ces oppida montrent une importance politique majeure. Ils subordonnent tout un réseau de villages et d’habitats isolés. Chaque fois ils sont le cœur de la résistance à César. La Guerre des Gaules fût une guerre des oppida. Jamais les armées celtes ne purent tenir tête aux légions en rase campagne. Le recours à la guérilla et à la guerre de siège devint la règle. Vercingétorix l’avait bien compris.


Si l’on en croit les textes(7), ces bases de repli militaire, sont un objet de patriotisme et de référence pour les tribus qui ont à cœur de défendre leur capitale. Les oppida servent de lieu de rassemblement aux troupes avant les campagnes. Des coutumes décrites par César montrent les Celtes de Gaule se réunir régulièrement à l’échelon local, régional comme national (en admettant qu’il y est une nation gauloise). César relate même la macabre tradition qui veut que le dernier arrivé à ce grand rassemblement soit supplicié sous le regard des autres. En l’occurrence, les activités politique et religieuse s’imbriquent. Des espaces bien définis, prévus à l’avance, accueillent les cérémonies sacrées. Des bâtiments bien identifiés sont construits à cet effet. Des armes pliées, un petit arbre cultuel plaqué d’or avec des formes de cœur sont les restes significatifs de culte celte dont le sens nous échappe complètement.


Les oppida survivent de façon plus ou moins évidente à l’occupation romaine. Certains donnent naissance à des villes, à Metz, à Alésia, à Lutèce sans doute. Leur place vitale dans le tissu économique et politique de la Gaule empêche d’abord les Romains de les faire purement disparaître avec tout ce qu’ils représentent de farouche indépendance et de résistance à l’oppression. Au fil du temps, aux bâtisses traditionnelles en bois s’ajoutent bientôt des maisons sur le modèle romain avec une base en pierre. Des édifices publics à la mode romaine sont mis en chantier (forum, basilique, temple). In fine, il semble bien pourtant que la réorganisation administrative accomplie de main de maître par Auguste dix ans avant Jésus-Christ soit fatale à une partie d’entre eux. Rares sont les capitales de cités (découpage romain du territoire) qui succèdent à un oppidum. À vrai dire, éclatante est Ia volonté de faire du neuf de la part des Romains, aux dépens des oppida, au profit de ville de plaine mieux adaptée au nouveau contexte .


Conclusion


Pour la communauté des historiens, les Celtes restent et resteront avant tout un peuple de paysans. Nul ne prétendra le contraire. Ils demeurent surtout les plus « magnifiques brûleurs d’herbes » prévenait Rimbaud, non pas sans une certaine clairvoyance. Ce sont des défricheurs, des écobueurs. Ils vivent en écrasante majorité au sein d’exploitations rurales, des sortes de fermes isolées (aedificia) ou en hameaux (vicus) qui finissent par constituer un réseau très dense à la fin de l’Âge du Fer.


Si certains oppida sont devenus des hauts lieux politiques et scientifique, ils ne sont pas pour autant le signe d’un urbanisme achevé. Qu’on en juge. Léonardo Benevolo dans son ouvrage de référence, La ville dans l’histoire européenne, n’en souffle même pas mot. Il n’a d’yeux que pour Rome. Tous, pourtant, démontrent une entreprise bien proche de celle de la ville. Le mot semble provisoirement confisqué aux Barbares au nom d’une définition à la tournure forcément complexe. Les oppida sont tout au plus une première ébauche, un protourbanisme à vaste échelle, la larve avant le papillon.



Notes

(*)Ce texte est issu d’un article non publié de Christophe Mendygral sur le sujet des oppida.

(1) – Qui donc est ce Celte tour à tour batailleur, stupide, versatile, sans parole, sanguinaire ou bon sauvage, vénérable philosophe ? Au gré des aléas de l’histoire, au gré des intérêts d’auteurs pas toujours scrupuleux (j’ai nommé Tite-Live, Diodore, Clément d’Alexandrie, Michelet), il est toujours au garde à vous prêt à légitimer quelques causes. On projette sur lui un nombre toujours plus grand de fantasmes moralisants. Mais avant être un prétexte à duel, le Celte est d’abord l’ancêtre de l’Européen. Ce nom de Keltoï apparaît avec Hérodote (Vᵉ siècle avant Jésus Christ) pour définir les peuples du Nord. Les Grecs les nomment Galates quand ils évoquent les barbares farouches de la mer noire qui colonisèrent l’Anatolie, les romains, Galli, qui donnera Gaulois.

(2) – Probablement rédigé sur l’oppidum de Bibracte au Mont Beuvray dans le Morvan.

Si quelques fois, le proconsul utilise indistinctement les deux termes (pour Alésia par exemple qui est tantôt oppidum tantôt urbs ) c’est certainement pour valoriser sa conquête aux yeux des lecteurs, le terme sert d’abord à définir la ville des Celtes au-delà de la Narbonnaise. César ne ressent jamais le besoin d’utiliser ce terme pour ce qui lui est familier en terre conquise.

(3) – L’habitude est prise de désigner les civilisations (ou cultures) par le nom d’un site de référence ou d’une pratique spécifique. Ainsi, l’Âge du Fer est divisé en deux périodes. L’une est dite d’HALLSTATT (850-500 av. J-C) du nom d’un site autrichien, l’autre est dite de LATÈNE (500-50 av. J-C) du nom d’une station suisse. Les Celtes sont les porteurs des deux cultures car la période correspond grosso modo à leur présence en Europe. Les oppida, entre autres, permettent de définir une zone d’influence des Celtes. Dans ses conférences de Yann explique bien tout ça.


(4) – Justement, sans commune mesure avec les oppida de l’Âge du Bronze. La surface de l’oppidum est considérée comme un critère déterminant. Les chercheurs sont dans l’embarras quant à définir un seuil. L’amplitude des surfaces va de15 à 1500 hectares dans sa plus grande extension connue à Heidengraben dans le Jura Souabe. Entre les poutres de bois et la pierre (taillée ou non) l’alchimie est subtile. Les Celtes déploient une ingéniosité sans borne pour parfaire la résistance de l’œuvre et ceci sur des kilomètres. Aussi, la petite ville de Manching, en Bavière, s’enorgueillit d’un spécimen long de plus de 7 kilomètres.


(5) – De Bello Gallico II,17,4.

(6) – On évalue quand même à 1000 tonnes la masse de minerai de fer nécessaire pour la production de crosses en fer au Mont Beuvray.

(7)Ce qui ne nous dispense pas, d’ailleurs, de nous demander quel dessein il servait au moment précis où il notait ou faisait copier sa phrase.

Bibliographie

CESAR, La Guerre des Gaules, trad. Maurice Rat, Flammarion,1964

Stephan FICHT, La ville celtique, Les oppida de 150 av. JC à 15 ap. JC, Errance, Paris, 2000

Anne COLIN, Chronologie des oppida de la Gaule non méditerranéenne, La maison des Sciences de l’Homme, Paris,1998

Christian GOUDINEAU, Regard sur la Gaule, Errance, Paris 1998

Xavier DELAMARRE, Dictionnaire de la langue gauloise, Errance, 2001.

Barry CUNLIFFE, Les Celtes, Errance, 2001

Miranda J.GREEN, Les druides, 2000


Venceslas KRUTA, Les Celtes, histoire et dictionnaire, Bouquins, Laffont, 2000


Traces d’industrie verrière en pleine forêt

Traces d’industrie verrière en pleine forêt

Les petits secrets de la forêt
La verrerie du Bois de Madame (Saint-Just-sur-Viaur)

Samedi 11 février

Secteur  Viaur, Aveyron

Commune : Saint-Justsur-Viaur

Météo plein soleil

Participants : ChristopheLouis, René, Dominique, Charlette, Bernard et Régine

Sites visités : Le site verrier du bois de Madame, Miramont (oppidum) et Notre Dame du Roc (chapelle)
 

Voitures : Charlette et Louis

Au sud de Castelpers, les traces d’activités verrières se localisent sur les rives du ruisseau Rieussec aujourd’hui difficilement accessible. D’autres traces jalonnent le cours du ruisseau comme des charbonnières et même des déchets liés à la fabrication du fer. Source: IGN (Géoportail)

Au dernière nouvelle, une œuvre de référence

D’abord, pour mieux connaître la vie et les activités saisonnières des verriers du Rouergue, précipitez-vous sur le blog copieusement illustré de Dominique Guibert : http://verriersdurouergue.over-blog.com/.

Il sort un livre ces mois-ci qui promet de rester dans les annales. L’ouvrage en question mêle archéologie, généalogie des verreries à une échelle qui dépasse celle du Rouergue. Il montre des familles à l’action, de génération en génération, du XIVe au XVIIIe siècle pour fabriquer le verre au cœur des forêts et le vendre dans les villes. Des plus anciennes, comme les Colom, aux plus récentes comme les de Grenier de Haute Serre. Des familles venues du Languedoc, du Lot et même d’Italie.

Une verrerie très forestière
  

Le Sud de l’Aveyron compte des traces d’activités verrières très intéressantes et ce, souvent dans des endroits très isolés aujourd’hui. Dans la lignée, le site verrier du Bois de Madame découvert par notre ami Henri Prat ne fait pas exception (1).


Pas de hameau aux alentours aujourd’hui, l’endroit est très isolé. Fut une époque, c’était un véritable vallon industriel étant donné les traces qu’il livre.


Bien sûr, il fallut pas mal « bartasser » avant d’atteindre le lieu en question. Il s’agit d’un replat nivelé d‘un demi hectare, à découvert, à la confluence du Rieussec et d’un ruisseau qui provient à l’ouest d’une vallée très escarpée. La plus grande partie de la zone est en surplomb par rapport à la rivières à l’abri des crues les plus fréquentes.

Il existait — il n’y a pas si longtemps — des murets en pierres sèches pour endiguer le cours d’eau. Une puissante crue-éclair les a emportés (2). À l’époque, ces murs comptaient des blocs vitrifiés que nous avions pris en photos.

 


Vue de la sole du four de fusion dégagée de son couvert végétal avec le trou d’évents en eau et les traces de 4 ou 5 creusets

Vue des coulées de pâte vitreuse sur la sole.

Vue de la sole non complète du four. Elle est circulaire. La partie supérieure maçonnée a disparu. L‘alendier était au-dessous.
Ce replat présente à faible profondeur des traces d’activités multiples sous forme de débris de verre mais aussi par la présence d’une petite sole (autour d’un mètre de diamètre) avec son trou d’évent ou de chauffe à présent bouché. Il reliait le foyer (dessous) à la chambre de chauffe (dessus). C’est  tout ce qu’il reste de visible du four de fusion. Le haut est arasé. Cette sole de forme circulaire comprend des restes de creuset.

 

Schéma montrant ce qu’il reste du four en rose. En pointillé, les parties disparues comme la chambre de chauffe et l’alendier. Localisation des creusets.

Cercle jaune: vision de la partie mise au jour ce jour-là. 
Ici, un bel exemple dans l’Aude lors d’une fouille.

Portion de creuset retrouvé sur les lieux, on parle souvent aussi du « pot ».

Prélevé, un bord de creuset en terre réfractaire vitrifié sur l‘intérieur est conservé par Henri. Il est conçu pour supporter des température avoisinants les 1400° cgr. Il contenait le mélange vitrifiable.

Un ferrier

Il faut aussi mentionner de la présence sur les lieux, au bord de la rivière, de scories de type coulée de réduction en monticule L’activité du fer est-elle concomitante, postérieure ou antérieure à l’atelier verrier ? Seul un sondage permettrait de répondre à cette question. Et encore…

Un travail d’archive reste à mener sur ces installations qui peuvent remonter au Moyen Âge.


Une fois la verrerie au bois observée nous remontons le versant oriental du ruisseau pour gagner la route. Nous remarquons au passage à mi-pente quantité d’amas de pierre en vrac comme sur les site miniers.

 

Successivement, déchets de découpes aux ciseaux,  parois fines soufflées, résidus de pâte vitreuse de travail. On trouve aussi des gouttelettes, des larmes de verre, des bulles 

L’eau à tout faire 

Le constat est clair. Ce site, comme beaucoup d’autres du même type, montre à quel point les cours d’eau et leurs berges aujourd’hui en friche furent fréquentés dès le Moyen Âge et jusqu’à une période récente.
Usage domestique mais aussi usage industriel, les uns construisaient des ponts, les autres des moulins. On y écrasait les grains, tamisait la farine, foulait le drap, séchait le chanvre, tannait les peaux. On y lavait, on y arrosait, on y refroidissait. Jamais très loin, on y fabriquait le verre et le fer grâce aux charbon de bois.
À ce sujet, nous ne résistons pas à la tentation de recopier un texte qui nous a toujours ému par sa teneur et par la vie qu’il y décrit. C’est celui d’un moine cistercien de l’abbaye de Clervaux au XIIIe siècle dans la lignée d’un saint Thomas d’Aquin. il est traduit du latin.

« Un bras de rivière, traversant les nombreux ateliers de l’abbaye, se fait partout bénir par les services qu’il rend… La rivière s’élance d’abord avec impétuosité dans le moulin, où elle est très affairée et se remue, tant pour broyer le froment sous le poids des meules, que pour agiter le crible fin qui sépare la farine du son. La voici déjà dans le bâtiment voisin; elle remplit la chaudière et s’adonne au feu qui la cuit pour préparer la bière des moines si les vendange ont été mauvaises. La rivière ne se tient pas pour quitte. Les foulons établis près du moulin l’appellent à leur tour. Elle était occupée à préparer la nourriture des moines, maintenant elle songe à leur habillement. Elle ne refuse rien de ce qu’on lui demande. Elles élève ou abaisse alternativement ses lourds pilons, ces maillets, ou pour mieux dire, ce pieds de bois et épargne ainsi aux frères de grandes fatigues… que de chevaux s’épuiseraient, que d’hommes se fatigueraient les bras, dans ces travaux que fait pour nous la gracieuse rivière à laquelle nous devons nos vêtements et notre nourriture. Quand elle a fait tourner d’un mouvement accéléré tant de roues rapides, elle sort en écumant; on dirait qu’elle est broyée. Au sortir de là, elle entre dans la tannerie, où elle prépare le cuir nécessaire à la chaussure des frères; elle y montre autant d’activité que de soin, puis, elle se divise en une foule de petits bras pour visiter les différents services en cherchant diligemment partout ceux qui ont besoin de ses services, qu’il s’agisse de cuire, tamiser, broyer, arroser, laver ou moudre, ne refusant jamais son concours. Enfin, pour compléter son œuvre, elle emporte les immondices et laisse tout propre »(3).

Redécouverte et découverte dans le périmètre

Remis de nos émotions et afin de montrer aux membres récents du CAPA des lieux remarquables, nous visitons brièvement l’ oppidum de Miramont dans sa partie méridionale et la chapelle romane de Notre-Dame du Roc qui domine le Céor et le Giffou. La nuit qui tombe sur le petit cimetière familial des Castelpers ne nous gâche même pas le plaisir. Au contraire.

Notes

(1) – Dix ans plus tard, Louis découvrait la sole du four qui est actuellement encore très visible.
(2) – Elle laisse des traces à la confluence avec la présence de gros blocs qui semblent avoir été charriés. Ils ont arraché et déraciné des arbres. 
(3) – Description du monastère de Clervaux, Migne, Patr Lat, cité dans Jean Gimpel, La révolution industrielle au Moyen Âge, Seuil, Points, 2016  

Informations

A commander sur le blog: http://verriersdurouergue.over-blog.com/

Et sur le Tarn dans notre réseau pour un public plus large… 10 euros seulement.

Incursion rive gauche de l’Aveyron

Incursion rive gauche de l’Aveyron

Sortie du samedi  17 décembre à la grotte du bassin à Penne

Secteur : Grésigne et alentours

Commune: Penne (rive droite de l’Aveyron)
Météo : ciel bleu, presque chaud
Participants : Charlette, Christophe, Louis, Régine, Bernard A. , Marcelle et Alain

Sites visités : grotte du bassin

Voitures : Christophe


La petite grotte dite du « bassin » 

Nous sommes, ce jour-là, retournés au bord de l’Aveyron. Même chemin que la sortie de cette fin d’octobre.

Après une ascension de la pente, par une piste abrupte, nous avons enfin trouvé la grotte du “bassin » à proximité du bâtiment exploré précédemment (1). ll y a de fortes chances pour que les deux bâtiments aient eu un lien par le passé.

La grotte est à flanc d’une petite falaise « bajocienne » et offre une belle exposition au sud-est.
Elle présente la caractéristique d’avoir un bassin remarquable, disposé à son entrée, qui lui a d’ailleurs donné son nom. Il est taillé à même la roche dans une protubérance de nature calcitique. Les margelles de ses faces sont très irrégulières. La forme générale s’apparente à celle d’un triangle. La cuve est profonde de 20 centimètres environ.

 La grotte du bassin telle que l’ont relevé les membres de la SSPCV tout récemment.


Un diverticule prolonge l’abri mais, à ce jour, il est beaucoup trop étroit pour un passage humain.


Ce type de grotte est-il lié à une activité pastorale avant l’installation des vignes? Sa fréquentation, encore actuellement, a sans doute perturbé les couches de sédiments qui ne sont pas profondes.




Cette petite cuve si originale fruit d’un travail de creusement eut-elle des fonctions rituelles (2) ou, plus simplement,  servait-elle à abreuver le bétail ? La question reste en suspend.
Par ailleurs, la cavité était – toute ou en partie – clôturée par un muret d’un mètre de haut dont il demeure encore des blocs en formation sur les côtés. Le bassin s’inscrit ou s’intègre dans l’alignement de ce mur légèrement à l’intérieur de la cavité. Il reçoit de l’eau du haut de la cavité.


La grotte du Roc de Pujol

Dans un deuxième temps, nous nous sommes rendus à la grotte du Roc de Pujol. Grotte sèche, elle connaît un développement sur une centaine de mètres. Le réseau est facile à explorer mais ne comporte apparemment aucune gravure. Elle n’a pas donné lieu à des aménagements particuliers et originaux.


Vulpes vulpes, renard en cours de calcification. Il est en connexion anatomique…
Étrangement aucun carnivore n’a dérangé son squelette.

Le sol sur le fond est recouvert d’argile avec de hauts plafonds à marmites.


Notes
(1) – Pour ce, nous remercions Bernard Valette de ses précisions.
(2) – On peut renvoyer le lecteur aux travaux menés par Georges Brétaudeau dans Les Alpes du Sud à propos de ce genre de structure.

Inédite, la statue-menhir de Darnis

Inédite, la statue-menhir de Darnis

Une énigme de pierre venue du fond des âges à l’ouest de Mirandol

On connaissait déjà le menhir de la Croix de Salvetat, il y a maintenant la statue-menhir de Montirat. C’est Cédric Arnal qui l’a identifiée au lieu-dit « Darnis » au nord du département dans la ferme de Daniel Loupias qui l’avait extraite d’un champ voilà une vingtaine d’années. Jusque-là inédite, son authentification ne posa pas de problème pour Christian Servelle qui va à présent l’étudier au dépôt archéologique de Montans. Le CAPA a mis en relation les différents acteurs pour l‘étude du mégalithe.


Elle présente en effet tous les caractéristiques propres aux statues-menhirs du Rouergue et du Haut-Languedoc. Quasi complète, on y remarque, sculptée dans le grès, une ceinture et  deux bras. À leur extrémité, des doigts. L’arrière, abimé par des engins de labour, est plus complexe à la lecture. Sa petite taille (70 X 40) la distingue un peu des autres.

À sa façon, elle témoigne de la présence des hommes en ces lieux reculés, il y a 5 000 ans, au Néolithique final. Pourquoi les premiers agriculteurs tarnais l’ont érigée ici ? C’est une question qui reste largement débattue.

Statue-Menhir de Darnis(Montirat). Les vingt ans d’exposition à l’extérieur ont altéré un peu sa surface mais elle reste parfaitement visible.
Des empreintes du plus haut Moyen Âge au dessus du Viaur

Des empreintes du plus haut Moyen Âge au dessus du Viaur

Compte rendu de la sortie du CAPA du samedi 10 octobre 2015
à La Salvetat-Peyralès(Aveyron)


Secteur : Pays du Viaur, Aveyron
Commune : La Salvetat-Peyralès
Météo : splendide ciel bleu 
Participants : Régine, Charlette, Bernard A., Kevin, Louis F., Werner, Jean-Marc  et Christophe

Voitures: Christophe et Louis

Sites visités : « La Boutique » et la chapelle de Murat

Sites à voir ou à revoir : châteaux de Roumégous et Castelpanis

 La Boutique surplombe le Jaoul. Un chemin « piéton » permet d’accéder à la vallée par l’ouest. Source IGN 1/25 000

À « La Boutique »

Ce jour-là nous répondions à l’invitation de Jean-Marc Berlou afin de nous rendre au lieu-dit « La Boutique »(1), un hameau perché en limite de plateau sur la rive droite du Viaur en face de Jouqueviel. 

Le propriétaire, Mr Rigaud s’interrogeait sur la présence d’une série d’empreintes dans le rocher que Jean-Marc et Michel ont identifié comme des cases-encoches il y a déjà quelques mois lors d’une première visite.
Jusque-là, ces indices n’avaient fait l’objet d’aucune mention.
14h 40. Nous arrivons en voiture sur les lieux sans trop de difficulté. À 381 mètres d’altitude, c’est un poste avancé qui domine un affluent du Viaur, le Jaoul. Le château de Roumégous plus au nord est bien visible depuis le site. L’endroit ne manque pas de charme en cette saison, vraiment.

Les bâtiments actuels sont assis à même la roche ou sur un lit de gros blocs de quartz blanc. 
Le chemin cadastré qui descend sur le Jaoul sert de cour à la ferme. Actuellement, le logis est à l’ouest, l’étable-remise à l’est. Juste derrière, on remarque une paroi rocheuse et des aménagements anciens type « case-encoches », 5 mètres de large pour 3 de profondeur(2).
L’affleurement ceinture une petite éminence rocheuse où nous n’avons pas décelé de traces évidentes de castelas. Pas de tranchées notamment ou alors comblées.
Comme souvent, des terrasses à l’abandon ont profondément modifié la forme du site primitif. 
Portons un regard sur les parois aménagées dans le substrat rocheux : au-delà des traces d’attaque au pic, il y a une profusion de perforations de taille et de nature forts différentes. Elles sont, le plus souvent, les empreintes de structures périssables aujourd’hui disparues. 

Un modèle du genre case-encoche

Un petit débroussaillage permet de distinguer sur la paroi exposée nord-est /sud-est une échancrure horizontale (dispositif de drainage), une banquette, une série d’opes (2) non alignés, un trou de poteau, une niche, un bassin dont la destination interroge. Enfin, quelques marches très érodées d’un passage pour accéder à un second niveau. Par ailleurs, aucun doute n’est permis, une porte a existé puisque que la roche montre une « virgule » permettant de glisser un rondin de fermeture, une empreinte de chambranle et un à-plat pour déposer le linteau.

Une case-encoche

Paroi nordest / sudest. Schéma des traces d’habitat excavé (dessin Kevin).
Flanc ouest avec saignée horizontale (dessin Kevin).

Etrange petit « bassin » dont on ignore la destination.

 
Le sol livre en surface de petites lauzes de couverture (percées) caractéristiques des cases-encoches.

 Petites lauzes de couverture

Le second niveau exposé à l’ouest (côté Viaur) présente encore une grande saignée taillée dans la roche.
Une seule maçonnerie est visible en haut de la paroi de la case. C’est un mur en pierre de schiste montées à sec d’un mètre de haut. Il est probablement récent.

Empreinte de structure type poteau

Conclusion: une paroi arrière verticale, un sol horizontal, des parois latérales verticales de hauteur dégressive, nous confirmons la nature des traces. Ce sont bel et bien des cases-encoches. Un habitat sur deux niveaux autour du passage marqué par des marches d’escalier. En l’état des connaissances, c’est le scénario le plus probable.

Le site révèle à peu près tout le registre classique des habitats à demi excavés. Il est à l’image de ceux de Castelpanis, Ambialet ou Fontrenard.

En bas, il serait intéressant de sonder la profondeur des dépôts pour atteindre la plate-forme constituée du substrat. Y a-t-il des couches archéologiques ? Ce n’est pas impossible. 

Nous nous rendons ensuite à la chapelle de Murat entièrement reconstruite à plusieurs reprises, notamment au XVIIIe siècle. Mention est faite de son existence au début du XIe siècle. 

La chapelle de Murat qui fut une église. Le château de Roumegous en arrière plan tout au fond.
Elle présente à différents endroits des croix occitanes trilobées assez exceptionnelles pour être mentionnées.

Photo prise d’un trou de serrure de la chapelle de Murat montrant le décor mural au-dessus de l’autel.


Notes 

(1) »La Boutique » vient peut être de botiga, la cave.
(2)C’est la parcelle 142. Assez intéressante de part sa forme.  
(3)Trou de mortaise

Bibliographie sommaire

Parmi les ouvrages traitants des cases-encoches et des habitats excavés, deux conseils. Le premier, réservé au grand public, est une contribution du CAPA. Mottes et castelas du ségala tarnais, Les guides archéologiques du Tarn, 2003, 4 euros

Le second concerne un public plus ciblé mais rapporte des cas intéressants à l’image de nos découvertes du jour. C’est une oeuvre collective suite à un colloque à Saint-Martin-le-Vieil(Aude).
Monique Bourin, Marie-Elise Gardel et Florence Guillot, Vivre sous terre, Sites rupestres et habitats troglodytiques dans l’Europe du sud, Presse Universitaire de Rennes, 2014, 39 euros